• Nouveau

Cartell "AIXAFEM EL FEIXISME"

8,26 €
TTC *

85 ans après la publication de l'emblématique affiche écrasante Fascisme, publiée par le Commissariat à la Propagande de la Generalitat, la Fundació Reeixida s'est occupée d'une réimpression de haute qualité, avec reproduction et post-production (avec la restauration numérique appropriée de l'original) par le photographe Jordi Borràs. Formats d'affiche 70 x 50 cm.

Quantité

La trajectoire de Pere Català i Pic (Valls, 1889 - Barcelone, 1971), l'un des représentants les plus importants de la photographie catalane, nous permet d'expliquer la vie quotidienne de la profession et en même temps de suivre de première main l'histoire de La Catalogne du point de vue « d'un intellectuel, d'un self-made man. Català Pic est surtout connu comme photographe et auteur de la célèbre affiche "Crush fascisme", mais il a également travaillé dans une banque, a été apprenti, peintre et portraitiste, père de famille, militant du petit pays, phototechnicien publicitaire, chroniqueur et professeur de le Séminaire publicitaire, créateur du Commissariat de la Propagande et responsable des éditions, lettré sans publications, photographe industriel et artistique, calçotaire, algerista, joueur de sardane, voyageur infatigable et, surtout, ami d'amis. Il est également le père d'une lignée de photographes de renom : Francesc Català-Roca et Pere Català i Roca.

Après la présentation de la biographie du photographe « Pere Català i Pic : photographie, publicité, avant-garde et littérature, 1889-1971 », éditée par Rafael Dalmau, cette exposition rétrospective se déroule désormais avec 35 peintures représentant les différents moments de sa production. entre 1915 et 1960 : « 1915-1932. Nous avons besoin d'un portraitiste à Valls » ; «1932-1939. La République et la guerre, à Barcelone »et« 1939-1971. Après-guerre, industrialisation, littérature ». A partir de ces moments, un accent particulier est mis sur ses idées sur le patrimoine, la modernité, l'avant-garde, la publicité et le photomontage.

« 1915-1932. Cal portraitiste »

Pere Català i Pic est né en 1889 à Valls ; en raison du décès de son père, la mère s'installe à Barcelone et ouvre un dispensaire. Le fils a dû quitter l'école à l'âge de douze ans et a commencé à travailler à la Banco Hispano Americana en 1902. Combattant à la CADCI pour la journée intensive, lors d'un voyage à Rome, il a trouvé sa passion et est devenu portraitiste à Valls. Il réalise des portraits et des photographies de monuments pour la Mancomunitat de Catalunya et avec un groupe d'amis il parvient à changer radicalement la ville avec la création du groupe Amics de les Belles Coses qui lutte pour la modernisation culturelle, sociale et économique : il veut de nouveaux trains , un aérodrome, de meilleurs transports, plus de tourisme, plus d'ouverture. Enfin, la politique frappe à sa porte et s'engage pour le progrès que représente la République, mais ne se présente pas comme candidate ; il veut partir.

«1932-1939. La République et la guerre »

Avec la République, il voyage à Barcelone à la recherche de modernité, de psychologie, de publicité et de photographie, un mélange étrange qui fait à cette époque de lui une avant-garde. Apprenez à connaître le monde, voyagez et créez, faites des publicités pour les clients les plus importants, introduisez la photographie à la publicité, popularisez les photomontages et excellez en tant que professeur de psychologie publicitaire. Il écrit un livre sur ses recherches dans ce domaine, le produit de ses cours et études expérimentales, qui reste inédit.

Pendant la guerre, il conçoit avec Jaume Miravitlles le Commissariat à la Propagande et réalise l'une des affiches de guerre les plus célèbres : « Écrasons le fascisme ». En tant que chef des Edicions, il a des contacts avec tous les intellectuels, publie le célèbre magazine Nova Ibèria et plus de deux cents livres, magazines, aucas et brochures en quatre langues. Les bombardements, la famine, l'exil et la mort arrivent.

«1939-1971. Après-guerre, réindustrialisation et littérature »

Caché dans sa maison et noyé à la fin d'un projet, Pere Català Pic a vécu la première période d'après-guerre en écrivant une littérature qui nous aide beaucoup à comprendre sa vie. Il reprend peu à peu le travail quand les craintes de représailles s'estompent, il retrouve sa joie, il doit continuer à travailler, il doit subvenir aux besoins de toute la famille. Récupère l'entreprise familiale P.I.C. (Catalan Advertising Illustrated) et avec l'aide de ses enfants, Francesc Català-Roca, Pere Català i Roca et Maria Àurea Català i Roca, il va de l'avant. Les amis exilés remplissent à nouveau peu à peu leurs clubs de supporters littéraires. Le Salon des Expositions et l'économie franquiste des années cinquante lui permettent de régler ses dettes et de refaire sa vie.

Cependant, la culture catalane n'est pas assez forte, le franquisme la noie et les catalanistes se battent entre eux ; il n'y a pas de place pour un hétérodoxe, pour un écrivain qui n'en a pas l'air ou qui s'y essaie trop tard, quand la vie lui laisse du temps. En 1952, il entame son dernier grand projet, amenant la photographie couleur de Paris à Barcelone en tant qu'activité économiquement rentable ; ça ne marche pas et la modernité cette fois lui joue des tours. Il continuera à le faire, fermement dans l'attitude avec laquelle il a vécu toute sa vie : travailler, travailler, travailler et recommencer autant de fois que nécessaire. Il décède quelques mois avant d'avoir 82 ans, le 13 juillet 1971.

50 Produits

Facebook Comments ()